/
1.
04:14
2.
11:08
3.
04:18
4.
06:49
5.
07:35
6.
04:45
7.
03:55
8.
9.
10.
12:30

about

"Il a fallu quelques 40 ans de musique expérimentale pour y arriver, mais enfin voilà, on y est. Sans blague, ou peut-être pas.

Groupe breton, le Dale Cooper Quartet & The Dictaphones restent fidèles à leur nom en explorant le territoire de pénombre qui fît la fortune de la série télévisée Twin Peaks. Le rapport à l'oeuvre de Lynch c'est à la fois plus et moins qu'une référence. Pas contents de n'être qu'une copie d'une oeuvre modèle (si excellente qu'elle soit), le groupe brestois fait des atmosphères typiques de la série et de sa bande-son onirique un élément composant d'un réseau de styles dont les ramifications s'étendent de façon indéterminée. En écoutant le disque on a en effet l'impression de ne jamais pouvoir arrêter avec la nuance : trip-hop, indus, ambient, krautrock, darkwave, jazz, lo-fi, lounge, post-rock ... des soupirs saxophoneux de Talk Talk aux petites orchestres mélancoliques de Tom Waits, des marches métalliques genre Labradford ou Coil au planant de Tangerine Dream, de NEU! à Hood en passant par Heldon, Bark Psychosis, Crescent, Spring Heel Jack, The Black Heart Procession, sans éviter les apports de la musique concrète et du glitch ... le disque capte les fréquences lointaines, (re)venant d'une autre époque par définition. Les sons arrivent de je-ne-sais-pas-où ; le temps les a déjà dégradés, et pourtant ils sont là à nous rappeler que quelque chose s'est passé, quoiqu'on reste dans le doute d'en avoir compris la nature. La machine musicale ne marche plus, elle bloque, se coince, contrainte à une répétition indéfinie. Elle ne sait pas en trouver la clé et doute de l'existence de la serrure ; pourtant elle ne semble pouvoir s'empêcher de continuer sa recherche dérangeante.

Sombre et ténébreuse, mais aussi chaleureuse et émotionnelle, quel drôle de caractère celui du Dale Cooper Quartet. De surcroît, leur musique n'a rien de théâtrale. Celle-là est précisément ce qui arrive lorsque la machine de la représentation est brisée. Les passions ayant oublié leur but, elle fluctuent désormais dans le vide, étrangères aux autres et à elles-mêmes. Une faible vague de vague nostalgie fait le soupçon d'une possible tragédie. Mais la possibilité est maintenant plus réelle que la facticité. On en ressent l'écho affaibli d'un destin dont on ne peut pas se passer et dont on ne sait pas de même s'il va se passer. La logique vit son point de catastrophe caché, dans l'impossibilité d'en faire un tremplin pour intégrer la fin dans le système.

Ainsi Parole de Navarre est à la fois un manifeste et une encyclopédie d'une splendide inquiétance."
by Larm

credits

released December 1, 2006

Mixed By – Dale Cooper Quartet*
Performer – Arnaud Le Gall, Christophe Mevel, Gael Loison, Yannick Martin
Performer [Additional] – Zalie Bellacicco
Recorded By – Dale Cooper Quartet*

*Gael Loison, Christophe Mevel, Yannick Martin, Arnaud Le Gall

Joué, enregistré et mixé entre 2002 et 2005 à Brest.
(p)+(c) Dale Cooper Quartet 2006 DCR #19
Standard jewelcase edition with slipcase.

reissued on Denovali records 2010 (digipack cd & double vinyl edition)

tags

license

all rights reserved

about

diesel combustible recordings & collective Brest, France

Die sel & Sel collective works.
1997 to present.
Welcome on board

contact / help

Contact diesel combustible recordings & collective

Streaming and
Download help